2016, « annus horribilis » du vélo à Rennes ?

Marquage_au_solFin juin, un octogénaire est décédé après un accident route de Lorient.

En juillet, une jeune femme circulant à vélo sur le boulevard de Sévigné, a été blessée après avoir été percutée par la portière d’une voiture stationnée sur le côté. L’automobiliste assis au volant n’avait pas regardé par sa vitre avant d’ouvrir sa portière.

Le même mois, un cycliste est décédé dans une collision à Laillé.

En août, nous avons appris avec tristesse deux décès successifs. Le premier s’est retrouvé sous une véhicule utilitaire, à l’intersection de la rue d’Isly et de la rue Plélo, une rue sans double-sens cyclable et non limitée à 30 km/h. Quelques jours plus tard, c’était « au tour » d’un autre cycliste d’être renversé par une voiture à L’Hermitage, à l’ouest de Rennes.

Quatre cyclistes victimes d’un accident à Rennes Métropole depuis le début de l’année : c’est le chiffre peu enviable qu’a atteint notre territoire, à comparer aux 150 victimes tués à vélo que l’on compte chaque année dans toute la France.

À noter l’habituelle mais toujours étrange usage des mots par la presse : Ouest-France, dans son article sur l’accident rue de Plélo, explique que c’est le cycliste qui a percuté le camion, et non l’inverse (à croire que c’est le premier qui dispose de la force de frappe). Le journaliste utilise aussi le terme de cycliste mais préfère dire « camion » plutôt que « conducteur ». Un lexique qui en dit long sur le manque de responsabilisation des conducteurs.

Une réflexion sur “ 2016, « annus horribilis » du vélo à Rennes ? ”

Les commentaires sont fermés.