Page 1 sur 1

OF : "La mairie ne craque pas pour les vélo-taxis"

MessagePosté: Jeu Jan 17, 2008 9:16 am
par thomas
La mairie refuse un projet de vélo-taxis alors qu'un projet similaire a obtenu une autorisation temporaire :
lien direct :
http://www.rennes.maville.com/actu/actu ... &idCla=loc

La mairie ne craque pas pour les vélo-taxis
Alors que les pousse-pousse nouvelle génération circulent à Nantes, au Mans, à Brest... la municipalité refuse d'accueillir les Cyclopolitains.

« La Ville parle d'écologie et de développement durable mais fait un blocage sur les vélos taxis. » Énorme dossier sous le bras, Valérie Leroy a bien du mal à dissimuler sa déception. Pendant plus d'un an, cette Cessonnaise qui travaille dans la grande distribution, défend en vain son projet de « Cyclopolitain » : faire rouler cinq tricycles dans le centre-ville, pouvant transporter une à deux personnes par course. Un mode de transport écologique et convivial.

Elle présente son idée à des élus de la municipalité en novembre 2006. « Mon objectif était de faire du microdéplacement de la gare à la place Hoche, de la piscine Saint-Georges à la place de Bretagne. Le prix était fixé à un euro par kilomètre et par personne. On aurait fait appel à des annonceurs pour réduire le coût du transport. »

Enthousiaste et confiante, Valérie entreprend des études de marchés, convainc les banques, fait les démarches pour fonder sa société. « Notre projet était valide et les financements accordés. » Entre-temps, le concept se développe en France et fait des petits dans le grand Ouest, au Mans, au Sables-d'Olonne, à Brest et à Nantes.

« Publicité interdite en secteur sauvegardé »

À Rennes, pour lancer ces pousse-pousse à l'occidentale, seul manque l'autorisation de la mairie. Le couperet tombe le 4 avril 2007. « Nous sommes au regret de vous apporter une réponse défavorable », indique la Ville qui semble mettre aux oubliettes sa politique de transports urbains et de déplacements alternatifs. Deux raisons sont avancées. La réglementation publicitaire : « Toute publicité est interdite en secteur sauvegardé. » Et la loi sur les transports : « La largeur de ces véhicules supérieure à celle d'un vélo, avec une vitesse de déplacement faible, posera des difficultés de dépassement, de désorganisation et perturbation des transports en commun sur certaines rues du centre-ville. »

Valérie Leroy est d'autant plus déçue qu'une autre société a réussi à mettre en oeuvre un projet similaire dans les rues rennaises. Depuis le printemps dernier, l'agence Bluesnow Communication sort périodiquement ses tricycles Mediacyclo, à l'occasion de campagnes publicitaires. Tout est payé par des annonceurs. Les courses sont gratuites. Un argument de taille pour la mairie. « On a accordé une autorisation temporaire à ce projet car il faisait prévaloir la gratuité », explique l'élu Yves Préault, chargé de la communication. Aux yeux de Valérie, c'est « une injustice. On a déjà fait un constat d'huissier et on en fera un second dès que les Mediacyclo seront de nouveau dans la rue. Notre avocat a demandé plus d'explications à la mairie. »

De son côté, Bluesnow Communication a quelques difficultés à remettre en route ces tricycles. « Nous sommes arrivés tard sur le marché, nous n'avons pas pu anticiper les fêtes de fin d'année, précise Christophe Heurlin. Les annonceurs avaient déjà prévu leur campagne de publicité. On pense pouvoir ressortir les Mediacyclo à partir de mars. » En moyenne, quand ils sont de sortie, les Mediacyclo transportent 80 personnes par jour.

Camille SARRET.
Ouest-France

Petit message de Mediacyclo

MessagePosté: Ven Mar 14, 2008 2:59 pm
par Mediacyclo
Bonjour à tous et merci à Thomas pour avoir posté cet article Ouest France sur le forum de rayons d'action.

La journaliste nous contacte en nous disant qu'elle rédige un article sur le vélo à Rennes et plus particulièrement sur le prochain appel d'offre sur les vélos à la carte. A la lecture de l'article rien à voir! ce qui à mon sens est pas très déontologique de sa part. Nous avons fait le pari de mettre nos tricycles avec chauffeur gratuitement au service des Rennais. Pour être présent sur le terrain il nous faut convaincre des acteurs économiques de la ville de nous sponsoriser. L'hiver la plupart des villes proposant du vélo taxi interrompent le service ou l'aménagent. C'est donc aux beaux jours que nous proposerons de nouveau aux Rennais de faire un tour en tricycle électrique. C'est tellement plus agréable avec un petit peu de soleil !



Merci à toute l'équipe de rayons d'action.

Cordialement,

Christophe Heurlin e :D :D :D :wink: :wink: