Archives par mot-clé : gare

Communiqué de presse – Pour une offre de stationnement gratuite et ouverte à tous – Rayons d’Action appelle à manifester ce mardi 16 octobre à 18h15 dans le parking

 
Rendez-vous pour une action le mardi 16 octobre à 18h15, à l’intérieur du parking Gare sud  ! Venez nombreux.
 
Rayons d’Action se fait écho des nombreux usagers mécontents – adhérents ou non adhérents de l’association – de la situation déplorable concernant le stationnement en gare de Rennes. En la quasi absence de stationnement gratuit sur les parvis comme à l’intérieur du parking sud, les cyclistes n’ont d’autre choix que de payer un abonnement au parking dit « sécurisé » ou d’accrocher leur vélo où ils le peuvent, avec un risque de vol accru. Alors que la métropole annonce que la tolérance avec les vélos accrochés sur le mobilier urbain prend fin ce lundi, Rayons d’Action appelle le maximum de cyclistes à investir mardi 16 octobre le parking sud de la gare afin de manifester le désaccord des usagers vis-à-vis de cette décision et de réclamer la gratuité du nouveau parking.
 
RENNES VEUT-ELLE CRÉER UN POLE D’ÉCHANGES INTERMODAL SANS VÉLO ?
 
Le nouveau parking situé dans le sous-sol de la gare, qui met à disposition 190 arceaux, soit 380 places (contre 1000 places de stationnement automobile), est devenu payant ce 1er octobre. Fermé, sécurisé (selon la communication de la métropole), ce parking est resté gratuit plusieurs mois alors que les travaux de la gare induisaient une forte réduction de la capacité de stationnement à l’extérieur, sur les parvis nord et sud. Citédia, l’opérateur de services de la métropole rennaise, a indiqué à la rentrée qu’à compter du 1er octobre, le parking serait fermé et l’accès réservé aux titulaires d’un abonnement. L’abonnement, qui coûte 30 euros par an, est gratuit pour les abonnés STAR (mais pas pour les abonnés TER ou TGV, qui sont pourtant les principaux intéressés). 
 
Si Rayons d’Action était informé du caractère payant de ce nouveau parking, l’association n’a non seulement jamais été informé de l’échéance de d’application de cette décision, mais surtout de l’absence aussi flagrante d’offre à la hauteur des besoins au moment de son application. Seul l’affichage de Citédia nous a révélé l’information il y a quelques semaines.
 
Résultat : à l’extérieur, les quelques arceaux présents, déjà insuffisants avant la mise en place de la tarification, sont maintenant pris d’assaut. En raison des travaux, seules 40 places au total sont actuellement disponibles, après l’installation précipitée de quelques arceaux supplémentaires ces derniers jours. Rennes Métropole en annonce 60 en tout et pour tout… d’ici la fin de l’année. C’est beaucoup trop peu et c’est beaucoup trop lent pour répondre à la demande des usagers, furieux de se voir ainsi imposer par la force des choses l’abonnement à un parking – qui n’est, en plus, pas situé directement aux portes d’entrées de la gare, contrairement aux 100 places du parking pour les deux-roues motorisés et à plusieurs dizaines de places de stationnement automobile ! Et contrairement à l’ancien parking vélo, supprimé au début des travaux, qui était couvert, directement à l’entrée de la gare… et gratuit.
 
L’abonnement est au minimum mensuel. Aucune solution n’a été imaginée pour les utilisateurs occasionnels, qui doivent souscrire un abonnement même en cas de rare utilisation,mais n’ont pas le temps de faire les démarches pour s’abonner rapidement avant de prendre leur train, tel que le système a été pensé. Au contraire, aux Pays-Bas, pour encourager l’utilisation du vélo pour se rendre en gare, les 24 premières heures de stationnement sont très souvent gratuites dans les parkings équivalents. Le système de billettique n’est pas adapté et doit impérativement évoluer pour attirer les usagers ponctuels. 
 
Non contente de ne donner aucune explication à la pénurie de stationnement gratuit, la métropole annonce que la tolérance avec les vélos accrochés sur le mobilier urbain aux abords de la gare prendra fin lundi 16 octobre. Pour aller chercher un.e ami.e ou aller à la boutique SNCF, il est devenu très décourageant d’y aller à vélo (sachant que circuler à vélo à l’intérieur de la gare n’est pas l’idéal). En réaction, Rayons d’Action appelle le maximum de cyclistes à investir le parking sud de la gare le mardi 16 octobre à 18h15 afin de manifester le désaccord des usagers vis-à-vis de cette décision et de réclamer la gratuité du nouveau parking.
 
REPENSER L’OFFRE DE STATIONNEMENT VELO
 
Alors que la ville et la métropole se vantent régulièrement de leur politique en faveur du vélo et que les premiers résultats de l’Enquête Ménage Déplacements montrent a contrario une part des déplacements à vélo bien en-deçà des espérances, cette nouvelle annonce ravive les craintes des effets contre-productifs des décisions prises par les pouvoirs publics. Quel signal envoie-t-on aux usagers lorsqu’on rend payant le seul parking couvert du plus grand pôle d’intermodalité de la métropole sans proposer la moindre alternative ? Pour Rayons d’Action, cette situation représente une régression et dissuade l’usage combiné du vélo et du train, un élement pourtant central du potentiel de développement de la pratique de la petite reine.
 
Lors de réunions avec les services techniques, Rayons d’Action a proposé de laisser gratuit ce futur parking – dont l’emplacement et la gestion n’ont par ailleurs jamais fait l’objet d’une concertation avec notre association. Pour la collectivité, la contribution des usagers au coût de ce type d’infrastructures via les abonnements est en réalité négligeable en comparaison des bénéfices apportés par l’augmentation de la pratique du vélo, indispensable à la baisse de la circulation automobile et à l’amélioration de la qualité de l’air dans lesquelles la métropole s’est engagée – et auxquelles elle est contrainte. Tout en contrôlant la présence éventuelle de vélos-ventouses, la gratuité du parking sud gare comme des cinq parcs à vélos C-PARK et des sept vélo PARK aurait permis d’envoyer un signal encourageant pour tous les cyclistes, usagers réguliers, occasionnels ou futurs de la nouvelle gare de Rennes. 
 
Une occasion manquée… mais qui n’est pas irréversible, si la métropole se décide à écouter les propositions des usagers et à augmenter significativement et rapidement l’offre de stationnement. Rayons d’Action propose aujourd’hui de remettre à plat le dossier pour promouvoir une politique de stationnement ambitieuse, réfléchie et inclusive.