Vite, une procédure claire de concertation !

crédit photo : Ouest France

Fin mars 2017, constatant d’importants travaux sur la rue de Nantes (réfection canalisation), notre antenne Jacquolandine s’est interrogée sur l’intégration d’aménagements cyclables sur cet axe majeur, à cheval entre Rennes et St Jacques. Suite à l’envoi d’un courrier, une réunion nous est proposée le 27 avril pour en discuter. Première avancée, car nous apprenons qu’aucun aménagement cyclable n’était prévu si nous n’étions pas montée au créneau…

En présence de S. Rault (Adjointe à la mobilité de la Ville de Rennes), D. Salmon (Adjoint en charge des déplacements à la Ville de St Jacques) et des services concernés, nous proposons plusieurs scénarios d’aménagements cyclables, dont un, entre les boulevards Albert 1er et Clemenceau, qui fait relativement consensus auprès de nos interlocuteurs.

Compte tenu de la relative faible largeur de cet axe recevant une circulation importante dont une ligne de bus majeure (C5) et de la présence de nombreux commerces (donc de stationnement…), nous parvenons à un compromis avec la création de deux bandes cyclables. Si le sens Sud>Nord ne pose pas de problème particulier, le maintien de la continuité de la bande cyclable dans le sens Nord>Sud implique l’élargissement de la chaussée au droit des nombreux îlots des passages piétons. Afin de sécuriser la trajectoire des cyclistes, nous proposons la mise en place d’îlots en amont et aval des chicanes créées et la mise en couleur de la bande cyclable pour une meilleure distinction des espaces. Pour permettre la continuité de l’aménagement sur tout le tronçon évoqué, la suppression de la voie de tourne à gauche vers la rue Victor Rault est proposée par nos interlocuteurs.

Confiants dans la qualité et la sincérité de nos échanges, nous attendons avec impatience le projet d’aménagement finalisé !

Le 31 mai, nous recevons les plans du projet via D. Salmon et ne pouvons que constater avec regret de nombreuses divergences par rapport au projet discuté.

Malgré tout, nous transmettons à D. Salmon plusieurs remarques afin d’améliorer la sécurité des usagers du vélo. Voici un extrait de notre e-mail en date du 09 juin :

« Dans le sens nord-sud, côté pair et à St Jacques :

Pour la première piste cyclable à créer (avec un revêtement en résine) il faudrait veiller à « casser les angles », à l’entrée et à la sortie, en profitant notamment des entrées charretières ( ex avant N°252) pour une meilleure « cyclabilité ».

Pour la seconde, il faudrait également casser l’angle à l’entrée mais surtout modifier l’emplacement de la sortie qui se retrouve face à un ilot , donc en chaussée rétrécie avec des véhicules arrivant de dos et en conflit avec des véhicules entrant dans le super U ;ceci apparaît très accidentogène en contradiction avec un parcours sécurisé .

La solution proposée serait sans doute de la prolonger cette piste au-delà du second passage piéton (fin de zone de travaux),au détriment de quelques places de parking, mais nous jouxtons à ce niveau celui de Super U.

Dans le sens sud-nord : côté Rennes, il faut veiller à l’absence de bande oblique à l’entrée et surtout à la sortie de la piste cyclable qui donne l’impression à l’automobiliste notamment, que le vélo n’a plus sa place sur la chaussée. Il faut au contraire mettre une bande orientée dans l’autre sens, indiquant un cédez le passage afin de sécuriser la circulation du vélo ».

Malheureusement aucune suite ne sera donnée à nos remarques qui tenaient pourtant compte des contraintes fortes de cette rue et du phasage possible du projet. Les travaux réalisés se révèlent même pires que le projet présenté, puisque les îlots de protection des cyclistes n’ont pas été réalisés et que de nombreux détails de réalisation (pourtant décrits dans le guide des aménagements cyclables) ne tiennent pas compte des usagers du vélo, au détriment de leur sécurité.

Adriana, usager du vélo :  » j’ai eu très peur, du coup maintenant je préfère rester sur la chaussée »

 

 

 

 

 

Au delà du fait que ce nouvel aménagement créé de nouveaux points noirs alors que le plan vélo 2020 de la ville de Rennes visait à les résorber, nous regrettons plus particulièrement les défaillances dans la concertation des représentants des usagers.

Ceci parait d’autant plus inconcevable que la volonté salutaire de développer la démocratie participative est mise en avant par la Ville de Rennes à travers la démarche de la Fabrique Citoyenne. Nous réitérons donc notre demande, formulée auprès de S. Rault dès le vote du plan vélo en novembre 2015, de clarifier et d’acter une bonne fois pour toute une méthode de concertation sur les projets d’aménagements cyclables. Notre équipe bénévole ne pourra pas continuer longtemps à travailler en dehors d’un cadre défini et suivi, alors qu’elle s’attache pourtant à agir constructivement dans l’intérêt de la collectivité.